Minores et jugements littéraires

En travaillant récemment sur autre chose, je me suis trouvée à relire ce qu’a écrit Aline Mary Best sur le poète Claude Chappuys. Si le travail de cette chercheuse britannique est très précieux pour l’étude d’un poète qui suscite encore trop peu d’intérêt parmi les spécialistes de la Renaissance, les jugements à l’emporte-pièce qu’il contient ne laissent pas d’interroger sur les présupposés idéologiques sur lesquels ils reposent, et sur ce qui fait d’un auteur particulier un mineur, par opposition aux grands auteurs.

L’opinion générale d’Aline Mary Best sur son auteur est résumée dans la conclusion de l’article qu’elle consacre en 1966 aux documents relatifs à Chappuys qu’elle a identifiés à la Bibliothèque nationale de France:

He died in obscurity at Rouen in 1575. His death passed unnoticed; he had outlived the poets of his day and his name was almost forgotten, eclipsed by the brilliance of a younger generation: Ronsard, du Bellay and the other poets of the Pléiade1.

Cette opinion ne diffère guère de celle qui était formulée trente ans plus tôt par Pierre Jourda à l’occasion de la recension très élogieuse de l’épaisse biographie du poète publiée par Louis Roche:

Ni ses vers officiels, aussi factices que prosaïques, ni ses vers légers, trop souvent précieux et insincères, n’assurent à Chappuys une place éminente. Il est avec Salel, avec E. de Beaulieu, de ces rimeurs de second plan comme il en est tant auprès des princes; il lui manque, comme à Brodeau, à la fois l’esprit étincelant de Marot ou la galanterie de Saint-Gelais, et la haute intelligence ou la sensibilité profonde et sincère d’une Marguerite de Navarre, d’un Scève, d’un Héroët2.

Dans cette classification des poètes de la Renaissance, Claude Chappuys viendrait donc après les « grands » que seraient Clément Marot, Mellin de Saint-Gelais, Maurice Scève, Marguerite de Navarre ou Antoine Héroët, et bien après l’horizon indépassable que constituerait la Pléiade. Cette hiérarchisation se retrouve chez la plupart des auteurs qui ont contribué à faire connaître la poésie française de la première moitié du XVIe siècle, avec des variations sur la place des différents poètes les uns par rapport aux autres, tous étant subordonnés au génie de la Pléiade. On peut l’en juger par les commentaires de Pierre Jourda, que je vais souvent citer, sur Victor Brodeau (1921) :

Comme tous les poètes de cour, il écrit beaucoup et sur n’importe quoi. Il a la plus grande facilité, il improvise quelques vers – ou quelques pages. Il ne lui coûte pas de composer. C’est, semble-t-il, la caractéristique de l’école de Marot: chacun écrit en vers avec nonchalance, avec facilité3.

Le même Pierre Jourda multiplie les commentaires dévalorisants, y compris à l’encontre de poètes qu’il met par ailleurs dans la catégorie des « grands ». Par exemple, voici comment il justifie l’attribution d’une série de pièces à Marguerite de Navarre, dans une argumentation qui n’est pas dénuée d’une certaine misogynie (cette poésie ne saurait se rapporter qu’à celle des hommes qui ont le plus marqué poétiquement leur époque, Marot à une génération, Ronsard à la suivante) :

Ajoutons que la maladresse du style et de la versification, l’allure générale, le ton de ces épîtres rappellent la manière de la perle des Valois plus qu’ils ne font songer à la poétique en honneur du temps de Ronsard : nulle recherche dans la métrique, dans le vocabulaire ou dans le style, un laisser aller, une nonchalance plus proche de la façon d’écrire de Marot que de celle de Ronsard, tels sont les caractères de ces épîtres4.

A le lire, il semblerait que la première moitié du siècle soit en réalité une période pauvre en poésie de qualité :

Et voici que M. Becker, après avoir parlé des maîtres du chœur, consacre un volume nouveau à un certain nombre de « minores ». Nous connaissons très mal, – et c’est un tort – toute cette première moitié du XVIe siècle : mis à part Rabelais, Calvin ou Marot, nos érudits ont laissé à d’autres le soin de tracer le portrait de ces humbles artisans de lettres, poètes, érudits, humanistes, qui furent si nombreux à la cour de François Ier5.

Il n’est pas le seul à formuler ce jugement sur la période. Ce point, ainsi que la référence à la Pléiade, est indicatif d’une lecture positiviste de l’histoire littéraire telle qu’elle se constitue en discipline à partir du milieu du XIXe siècle. Comme l’a remarqué Élise Rajchenbach à l’occasion d’une conférence consacrée à ce qu’on appelle « école lyonnaise » donnée à la bibliothèque municipale de Marseille, il s’agit d’une lecture qui repose sur l’idée d’un progrès constant des mouvements littéraires, ceux qui se sont imposés étant plus aboutis, plus mûrs que les précédents. A ce compte, la littérature de la Renaissance, et surtout celle de la première moitié du XVIe siècle, constituerait une sorte d’« enfance de la littérature nationale ». La remarque de Pierre Jourda sur les pièces qu’il propose d’attribuer à Marguerite de Navarre paraît tout à fait représentative de cet état d’esprit6.

Avant la Pléiade, la littérature française en général, et la poésie en particulier, serait donc un presque désert. Dans sa recension du travail mené par Philip August Becker, déjà citée, Pierre Jourda déclare du genre de l’épître en vers qu’« il ne reste rien, à vrai dire, entre Horace et Marot de cette masse de vers où les épîtres de Lemaire de Belges seules témoignent de quelque originalité7 ». Charles H. Livingstone affirme à propos de Bertrand de La Borderie : « Il faut faire cas de La Borderie dans une période qui a précédé immédiatement la Pléiade où les poètes de premier ordre faisaient presque complètement défaut8 ». La Pléiade, pour ces auteurs, reste l’horizon indépassable de la poésie de la Renaissance, la référence à laquelle tout le reste vient se comparer. Or, une telle vision ignore la façon dont Ronsard, Du Bellay et les autres se sont positionnés de façon polémique par rapport à leurs prédécesseurs. Là où Joachim du Bellay renvoie Jean Bouchet à la Table Ronde dans La Deffence et illustration de la langue française, on en trouve encore un écho chez Pierre Jourda à propos de Victor Brodeau lorsqu’il assène que :

Brodeau n’a pas encore une idée bien élevée de la poésie ; il reste en lui quelque chose du moyen âge qui l’empêche de s’ouvrir entièrement aux influences nouvelles venues d’Italie et de comprendre que la poésie n’est pas du tout ce qu’il croit9.

On reprend donc là sans nuance l’idée selon laquelle le Moyen-Age français serait pauvre sur le plan littéraire, et que l’histoire littéraire française n’aurait commencé qu’avec l’imitation des lumières italiennes. Ces présupposés idéologiques reprennent en réalité une position sur les bonnes lettres françaises qui s’est exprimée depuis la Renaissance, à travers diverses résurgences de cette querelle. La Deffence et illustration de la langue française est précisément une prise de position sur ce sujet, dans un contexte polémique, visant à évacuer un héritage jugé encombrant pour proclamer les innovations de la nouvelle génération de poètes, tout gorgés d’Italie. La fameuse querelle des Anciens et des Modernes reprend des éléments de ce débat, tandis qu’à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, les collectionneurs qui ont recherché et sauvegardé nombre de textes poétiques s’intéressaient à démonter que l’Italie n’avait pas tout inventé et qu’il existait une tradition poétique française dans ces périodes. On a parlé d’« antiquités gauloises » puis de « plaquettes gothiques », ces dernières étant à la mode chez les collectionneurs au moment où les Romantiques réinventent le Moyen-Age à la lumière de leurs préoccupations propres10.

On le voit, reprocher à un auteur de la Renaissance de ne pas être assez sorti du Moyen-Age, et en particulier de ne pas s’être suffisamment ouvert à l’influence italienne est loin d’être neutre sur le plan épistémologique. En adoptant cette perspective, on adopte une perspective biaisée, qui conduit à la minoration et in fine à l’invisibilisation d’une part importante de la littérature, et en particulier de la poésie, de cette époque. Paul Zumthor, auteur entre autres choses d’une anthologie parue en 1978 des « grands rhétoriqueurs », comme l’on appelle couramment les générations de poètes français actifs entre la fin du XVe siècle et la génération de Clément Marot, le fait finement remarquer dans son introduction :

Lorsque, vers le milieu du XIXe siècle, cette discipline11 se constitua dans son statut universitaire, l’idée se répandit, chez des savants encore tributaires de la mythologie romantique mais peu sensibles aux prestiges propres du langage, qu’entre le Testament de Villon, vers 1460, et les débuts de Clément Marot en 1515, régna dans les lettres françaises, sinon européennes, un vide poétique à peu près total. Envers ces « formalistes » que furent les rhétoriqueurs, on ne rencontre alors qu’incompréhension et rejet : l’école critique des Guy, des Lanson, tient pour valeurs suprêmes sincérité, authenticité, émotion sensible12.

Effectivement, on se rend assez vite compte que pour les critiques précédemment cités, la seule poésie qui vaille est la poésie lyrique, qui à leur sens ne s’incarne vraiment à la Renaissance que dans les textes de la Pléiade. Tout ce qui précède est renvoyé à la supposée maladresse de la « grande rhétorique », qui ne serait que petite poésie. C’est ainsi que les critiques qui, dans cette première moitié du XXe siècle, s’enthousiasment pour les poètes qu’ils considèrent comme majeurs pour l’époque du règne de François Ier, les présentent systématiquement comme les précurseurs de la Pléiade, en rupture complète avec la génération honnie des rhétoriqueurs. Pierre Jourda est ainsi superlatif dans la recension qu’il consacre au Maurice Scève de Verdun-Léon Saulnier en 1949 :

Maurice Scève ? Le premier alchimiste du verbe poétique. C’est par là que le poète reste si près de nous, et que l’écho de ses dizains vibre longuement à notre pensée. Maurice Scève ? L’initiateur de la poésie pure ; autant que le précurseur de la Pléiade, le découvreur du style poétique13.

On pourrait penser que ce point de vue a pu évoluer dans les générations de critiques suivantes. Force est pourtant de constater que, plus de vingt ans plus tard, la critique en est toujours à juger de la qualité poétique des œuvres contemporaines de François Ier à l’aune de ce qui les précède ou de ce qui les suit. Les rhétoriqueurs sont le repoussoir, la Pléiade l’aboutissement, et tout ce qui se trouve entre les deux relève de la « transition ». Ainsi, lorsque Claude Alber Mayer s’interroge en 1967 sur l’héritage évident dans la poésie de Clément Marot des générations qui l’ont précédé, il bute sur ces contradictions. Il rejette une critique littéraire téléologique en soulignant l’impossibilité que Marot ait pu souhaiter préfigurer la Pléiade, mais le qualifie tout de même de « poète de transition ». Il dénigre la poésie des rhétoriqueurs, tout en reconnaissant qu’il s’agit d’un jugement personnel. Et surtout, pour justifier le lien de Marot avec ce qui l’a précédé tout en préservant sa qualité d’« innovateur », il a besoin d’opérer une différence et une rupture nette. L’article se conclut ainsi :

Le fait que Marot considère le style et la manière des Grands Rhétoriqueurs comme archaïques et qu’il n’en fait emploi que pour plaisanter, ou même pour s’en moquer franchement, nous montre qu’entre les Rhétoriqueurs et Clément Marot il y a, non pas une simple évolution, mais une rupture très nette14.

Encore trente ans plus tard (1997), on peut lire Thierry Mantovani qualifier Jean Bouchet de « rhétoriqueur bon teint », ce qui équivaut à le disqualifier et à le renvoyer au passé, dans un article où il introduit pourtant une nuance bienvenue sur ces oppositions entre « rhétoriqueurs » et poètes véritables15. A mon sens, ces jugements s’expliquent assez largement par la théorie littéraire telle qu’elle se constitue progressivement au fil du XXe siècle. A la fin des années 90 et au début des années 2000, la formation littéraire académique repose encore largement sur les définitions proposées par les grands théoriciens de la deuxième moitié du XXe siècle. Ces définitions ne peuvent se comprendre que dans un contexte moderne et contemporain, post-romantique, où se construit progressivement le mythe du poète comme figure isolée et inspirée, dont le vers fameux de Baudelaire proclame que « ses ailes de géant l’empêchent de marcher ». Ainsi, lorsque Sartre, en 1949, essaye de définir la littérature et son engagement, il exclut d’emblée la poésie.

Sans doute l’émotion, la passion même – et pourquoi pas la colère, l’indignation sociale, la haine politique – sont à l’origine du poème. Mais elles ne s’y expriment pas, comme dans un pamphlet ou dans une confession. A mesure que le prosateur expose des sentiments, il les éclaircit ; pour le poète, au contraire, s’il coule ses passions dans son poème, il cesse de les reconnaître : les mots les prennent, s’en pénètrent et les métamorphosent : ils ne les signifient pas, même à ses yeux. L’émotion est devenue chose, elle a maintenant l’opacité des choses ; elle est brouillée par les propriétés ambiguës des vocables où on l’a enfermée16.

De son côté, Tzvetan Todorov17 affirme que « la poésie n’évoque souvent aucune réalité extérieure, elle se suffit à elle-même » (p. 14). Il développe ensuite son argumentaire en expliquant qu’à partir du XVIIIe siècle, l’art et la littérature se fondent sur la notion de beau, en excluant l’utile : « la fonction poétique est celle qui met l’accent sur le “message” lui-même » (p. 15-16). Pour lui, la Rhétorique à la Renaissance a pour « tâche de codifier les lois de discours autres que le discours littéraire » et se distingue de la Poétique (p. 16). L’essai se conclut par l’idée que le langage autotélique est en fait la définition du discours poétique (p. 24-25).

Si on ne dépasse pas ces enjeux critiques, qui tendent à privilégier certaines formes et certains genres poétiques, on laisse de côté des pans entiers d’une époque, et on s’empêche d’envisager le reste en-dehors des œillères posées par nos conceptions modernes de la littérature en général et de la poésie en particulier. On évacue ainsi plusieurs formes de poésie particulièrement riche pour les siècles anciens, et la Renaissance en particulier : poésie didactique, poésie politique, poésie de circonstance… Selon les définitions modernes, ces types de poésie n’en sont pas vraiment, car, pour citer Sartre :

Si le prosateur veut trop choyer les mots, l’eidos « prose » se brise et nous tombons dans le galimatias. Si le poète raconte, explique ou enseigne, la poésie devient prosaïque, il a perdu la partie. Il s’agit de structures complexes, impures, mais bien délimitées18.

Tzvetan Todorov va dans le même sens :

On aurait envie de dire que, tout comme la phrase romanesque n’est ni vraie ni fausse bien qu’elle décrive un événement, la phrase poétique n’est ni fictive ni non fictive: la question ne se pose pas dans la mesure même où la poésie ne raconte rien, ne désigne aucun événement, mais se contente, très souvent, de formuler une méditation ou une impression19.

Cet arrière-plan théorique se retrouve dans de nombreux commentaires critiques sur divers poètes de la Renaissance. Scève est ainsi génial parce qu’il est « détaché de la réalité publique, de l’œuvre écrite, de ses modèles, de son public, simplement artiste, artiste volontaire et créateur20 ». Jean Salmon Macrin, quant à lui, est une contradiction, sa vieillesse l’amenant à renier ses jeunes années d’innovateur :

Vers la fin de sa vie, hélas, on voit le vieillard, tourmenté par sa mauvaise santé et le problème du pain quotidien, quémander chez les puissants de la cour ; il en arrive même à perdre sa dignité ; en même temps sa veine poétique semble se tarir et il s’attarde à composer des vers de circonstance, abandonnant ainsi les genres où il avait fait œuvre de pionnier21.

L’article de Ian McFarlane se conclut en opposant la « mystique » de la poésie religieuse de Salmon Macrin à la « politique » de son quotidien, le mot étant entendu dans un sens péjoratif (p. 84). A lire Aline Mary Best, la même contradiction anime l’œuvre de Claude Chappuys. Après avoir été l’auteur d’une brillante poésie « intime » (traduire par « de genre lyrique », ce qui n’est pas exactement la même chose), il serait revenu à la vieille rhétorique pour faire des vers politiques sans intérêt :

Ces longs poèmes dithyrambiques, écrits dans la tradition stérile des grands rhétoriqueurs, n’ont guère de valeur littéraire22.

Fort heureusement, ces jugements ne sont plus aujourd’hui l’alpha et l’oméga de la critique littéraire de la Renaissance. On n’étudie plus Maurice Scève comme le génial précurseur de la Pléiade, et on s’intéresse à autre chose qu’à Délie. Les travaux récents sur Clément Marot savent mettre en avant toute la richesse et l’originalité de son œuvre sans pour autant renier ce qu’il doit aux rhétoriqueurs23. Certains chercheurs, au premier rang desquels se trouve Estelle Doudet (université de Lausanne), interrogent de manière stimulante la pertinence de la frontière posée entre Moyen-Age et Renaissance. Cependant, il y a tout de même des conséquences importantes, sensibles aujourd’hui encore. Les auteurs considérés comme mineurs pour cette période sont toujours largement ignorés des études seiziémistes ; les études récentes qui leur sont consacrées sont très peu nombreuses. Surtout, des pans entiers de leurs œuvres restent inédits : pour en revenir à Claude Chappuys, sa poésie politique dénigrée sommairement par Aline Mary Best n’a jamais fait l’objet d’une édition critique, et n’est aujourd’hui accessible aux spécialistes qu’à travers les éditions publiées au XVIe siècle, dont une bonne partie sont heureusement numérisées. Il y a encore beaucoup à faire pour simplement donner à lire cette poésie, si riche pour cette période, malgré l’image qui en a été trop longtemps véhiculée.

  1. Aline Mary Best, « Additionnal documents on the life of Claude Chappuys », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 28/1, 1966, p. 139. []
  2. Pierre Jourda, « Louis P. Roche, Claude Chappuys (? – 1575), poète de la cour de François Ier », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 37/3, 1930, p. 447. []
  3. Pierre Jourda, « Un disciple de Clément Marot : Victor Brodeau (suite et fin) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 28/2, 1921, p. 209. []
  4. Pierre Jourda, « Marguerite de Navarre : épîtres et comédies inédites », Revue du seizième siècle, 13, 1926, p. 182-183. []
  5. Pierre Jourda, « Ph.-Aug. Becker, Aus Frankreichs Frührenaissance. Kritische Skizzen », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 35/4, 1928, p. 590. []
  6. Élise Rajchenbach, conférence à l’Alcazar, Bibliothèque municipale de Marseille, 29 juin 2019 : « Promenade dans la poésie de la Renaissance : sur les traces de “l’École lyonnaise” » (partenariat de l’Atelier XVIe siècle et des BM de Marseille et d’Aix-en-Provence). Elle est actuellement en train de rédiger un article sur le sujet. Merci à elle de m’avoir permis de citer le texte de son intervention ! []
  7. Pierre Jourda, « Ph.-Aug. Becker, Aus Frankreichs Frührenaissance. Kritische Skizzen », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 35/4, 1928, p. 591. []
  8. Charles H. Livingston, « Un disciple de Clément Marot : Bertrand de La Borderie », dans Revue du seizième siècle, 16, 1929, p. 242. []
  9. Pierre Jourda, « Un disciple de Clément Marot : Victor Brodeau (suite et fin) », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 28/2, 1921, p. 210. []
  10. Sur ce dernier point, voir mon article : « Bibliophiles et bibliomanes. Collectionneurs et transmission de la littérature en français de la Renaissance », dans Paroles dégelées. Propos de l’Atelier XVIe siècle, dirigé par Thérèse Vân Dung-Le Flanchec, Isabelle Garnier, Véronique Montagne, Anne Réach-Ngô, Marie-Claire Thomine, Trung Tran et Nora Viet, Paris, Garnier, 2016. []
  11. Il s’agit de l’histoire littéraire. []
  12. Paul Zumthor, Anthologie des grands rhétoriqueurs, Paris, Union générale d’éditions, 1978 (10/18), introduction, p.7. []
  13. Pierre Jourda, « V. L. Saulnier, Maurice Scève », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 11/2, 1949, p. 281. []
  14. C. A. Mayer, « Marot et l’archaïsme », dans Cahiers de l’AIEF, 19, 1967, p. 27-37. []
  15. Thierry Mantovani, « La querelle de Marot et de Sagon : essai de mise au point », dans La génération Marot. Poètes français et néo-latins, 1515-1550 (actes du colloque international de Baltimore), éd. par Gérard Defaux, Paris, Champion, 1997, p. 394. []
  16. Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 2000 (Folio essais – première parution 1948), p. 24. []
  17. La notion de littérature et autres essais, Paris, Seuil, 1987 (essais parus initialement entre 1971 et 1978). []
  18. Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 2000 (Folio essais – première parution 1948), conclusion de la note 5 du premier chapitre, p. 44. Dans les notes 4 et 5, Sartre précise sa pensée sur la nature de la poésie, dont l’objectif est de créer le « mythe » de l’homme. []
  19. La notion de littérature et autres essais, Paris, Seuil, 1987 (essais parus initialement entre 1971 et 1978), p. 13. []
  20. Pierre Jourda, « V. L. Saulnier, Maurice Scève », dans Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 11/2, 1949, p. 281. []
  21. Ian McFarlane, « Jean Salmon Macrin (1490-1557) (fin) », dans Bibliothèque d’humanisme et renaissance, 22/1, 1960, p. 83. []
  22. Claude Chappuys, Poésies intimes, éd. par Aline Mary Best, Genève, Droz, 1966, introduction, p. 39. []
  23. Voir notamment les travaux de Guillaume Berthon (université de Toulon). []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sophie Astier (12 décembre 2021). Minores et jugements littéraires. Canards et vers de sagouin. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://minores.hypotheses.org/56


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search